[Histoire de Meeples #2] Jamaïca

Je m’appelle Nassir. J’ai 12 ans. Aujourd’hui, c’est le plus beau jour de ma vie ! Et pas parce que c’est mon anniversaire. Enfin… Si. Mais pas que…

Raaalala… Zut et flûte ! Toujours la même chose. Quand je suis excité, je n’arrive pas à rassembler mes pensées.

Bon. Reprenons depuis le début. J’habite à Port Bassem, la plus belle ville de toute la mer des Sept Dunes. Mon papa, c’est le plus respecté des marchands. Il voyage dans le monde entier et il me ramène tout le temps des cadeaux. Mon préféré ? C’est la sarbacane en peau de serpent qu’il a échangé à un fakir du Yaman contre un kilo de dattes. Quoi que… A y repenser, j’adore aussi ma canne à pêche en os de requin-harpie. Et mon cerf-volant en plume de toucan tacheté ! Et puis… Que je suis bête ! J’ai failli oublier Titi et Kiki, les deux inséparables capturés sur une île reculée en plein cœur de la mer aux mille volatiles. Je crois bien que j’aime tous les cadeaux que me rapporte papa en fait…

Ah… excuse moi. Je me suis encore éloigné du sujet. Maman me ferait les gros yeux si elle me voyait dans un tel état d’excitation. Je disais quoi déjà ? Ah, oui. Le plus beau jour de ma vie…

Aujourd’hui, j’ai 12 ans. Oui, je l’ai déjà dit. Je suis né le jour d’un événement spécial. A Jamaïca, c’est un des jours les plus populaires. Hum… oui, comme cette coupe de football dont tu m’as parlé.

Je suis né le jour de la frégate de Jamaïca.

Quoi ? Tu ne connais pas la frégate de Jamaïca ? C’est insensé… ! Moi, depuis que j’ai 6 ans, mon rêve ultime, c’est de la voir un jour en vrai. Et devine quoi ? Allez… joue le jeu quoi… Tu as deviné ? … OUIIIIIII… Aujourd’hui, je participe à la frégate. C’est pas génial ? Arrête de cacher ton étonnement, je sens bien que tu n’en crois pas tes oreilles.

Comme je te disais, mon papa, c’est le plus respecté des marchands. Et en plus, c’est un sacré marin. Intrépide, ingénieux, et tout et tout. C’est ce que disent ses collègues en tout cas. Tout ça pour dire que grâce à ça, il a l’honneur de faire partie du jury de la frégate. Il est aux premières loges, dans une caravelle qui suit le trajet des navires participants. C’est une sacré responsabilité. Va pas croire qu’il se la coule douce. Il doit s’assurer que les pirates en lisse ne trichent pas. Enfin, pas trop… Ce sont des pirates… Ils ne vont quand même pas tout faire à la loyale.

Chaque année, je tanne papa pour l’accompagner. Chaque année, il a une bonne excuse. Mais cette fois, c’est la bonne. A force de persévérance, tout arrive. Je crois bien qu’il en avait marre de mes supplications, tout simplement. Au fond, il est content que je l’accompagne. Ça se voit. Il a le même rictus satisfait que quand il a négocié un gros contrat.

En ce moment, nous sommes à bord de La Marquise, le navire de papa. Ce n’est pas la première fois que j’y monte. La mer, ça me connaît déjà. Mais c’est la première fois que je vogue aussi loin de chez moi. Maman était un peu inquiète. Normal, c’est Maman. Mais tout va bien se passer, lui à dit Papa, je suis un grand maintenant.

Viens, on va visiter ma cabine. Je l’ai décorée pour l’occasion. Fais pas attention au désordre, et ne marche pas sur mes petits corsaires de plomb ! Là, tu as mon hamac. Un double. Même si je suis tout seul. C’est extra… ! Là, tu as la cage de Titi et Kiki. Doucement les copains… C’est un gentil ! Il ne vous fera pas de mal. Et là… Ah… Je suis toujours impressionné quand je les regarde. Là, tu as les six finalistes de la compétition. Ce sont tous de fabuleux navigateurs et des pirates dangereux.

Le pavillon jaune, c’est Annie la Pourfendeuse. Elle a fait son premier abordage à quatorze ans. Tu imagines ? Quatorze ans… On dit qu’elle mange les tortues en entier. Avec leur carapace ! J’te jure… Et elle se couvre de leur sang pour terroriser ses adversaires.

Le pavillon bleu, c’est Sammy le Boucher. Un vieux de la vieille. Il a participé plus de vingt fois a la frégate mais il a jamais gagné. Un vicieux. Et rancunier avec ça. Tu as vu sa cicatrice. Énorme, n’est ce pas ? On raconte que c’est son père qui lui a fait ça. Juste pour lui apprendre la souffrance. Ça lui a crevé un œil. Brrrr… Ça fait froid dans le dos si tu veux mon avis. C’est pas mon papa qui ferait ça.

Le pavillon vert, c’est Olive la Torpille. Lui, c’est un rapide. Il bat tout le monde à la nage, même les requins. On raconte qu’il a perdu son œil droit en se battant contre un ours polaire sur la banquise de la mer des blizzards.

Le pavillon violet, c’est Mary Stuart. Elle était lieutenant sur le navire d’Annie la Pourfendeuse. Elles étaient super copines ces deux-là… Jusqu’au jour où Mary a volé tout leur or pour affréter son propre galion. Elle en a profité pour démarcher la moitié de ses hommes. Les marins, c’est souvent des bons gars, mais agite leur une bourse d’or et ils vendraient leur mère. Papa m’a dit que ça s’appelle de la trahison, et que c’est pas cool. Moi, je m’en fiche. Tu imagines. Les deux réunies ! Ça va faire des étincelles !

Le pavillon rouge, c’est Balthazar le Bâtard. Il paraît qu’il est fils de roi, qu’il a renié sa lignée pour embrasser la piraterie. Ça m’étonnerait qu’à moitié vu comment il est coquet. Il se pavane toujours comme s’il allait au bal. Mais ne te fie pas à ses fanfreluches. On dit qu’il mange le cœur de ses victimes encore chaud et que tout son équipage est cannibale.

Et enfin… Je t’ai laissé le meilleur pour la fin. Le pavillon noir. Tu ne le reconnais pas celui là ? Pourtant, il est la terreur des océans depuis avant que je sois né. Lui, c’est Edward Blackheart. On raconte que c’est un nécromancien qui a fait un pacte avec une entité maléfique de la mer des brumes pour ramener son équipage mort à la vie. Depuis, il ne cesse de voguer et n’accoste plus dans aucun port. Aucun navire qu’il a croisé n’a jamais été revu. Étrange que les organisateurs tolèrent sa présence durant la frégate. Mais bon… Il faut croire que malgré sa malice, il a gardé un sens de l’honneur. Tu as lu le code de la piraterie ? Mouais… Tu as raison. Ces gros bouquins, c’est ennuyeux. Je préfère mille fois faire des batailles de sabre avec les copains.

Eh… Tu entends. La vigie qui s’époumonne. Je crois qu’on arrive à Port Royal. Suis moi. Ça va être grandiose !

*

WAOOOUUUU ! C’est dément. Tu as vu tout ce monde ? Hi hi… Il est mignon ce petit singe qui vend des cacahuètes grillées… Gigantesques ces barbapirates ! Papa, tu m’en achètes une ? Comment ça trop sucré ? Mais… Je me brosserai les dents deux fois plus longtemps ce soir… Promis, promis.

Ça te fait rire toi ? Hé, attention ! Tu as failli renverser ces jarres en terre cuite. Désolé Madame… Il n’est pas d’ici.

D’enfer, mate-moi un peu cette pêche au homard. On peut gagner un casque en peau de poulpe, avec de vraies tentacules… Quoi Papa ? De la gnognotte… Ah bon ? Zut alors…

MAIS… C’EST GÉANT ! Tu as vu la taille de ces estrades. C’est noir de monde. On dirait que Jamaïca en entier s’est réuni ici. Regarde… Des eunuques d’Egéef, des guerriers girafe de Zanubie, des moines de la citadelle de Neptune, des hommes-chats de l’île de Psaar, des Vikings de Skandinav, des batraciens troubadours de la province de Nuptia…

Oh… Tu as entendu le tocsin ? Ça veut dire que la course va commencer dans moins de vingt minutes. Vite… ! Il faut embarquer avec Papa ! Le haut commissaire de Port Royal va faire son discours.

*

Ah oui c’est vrai. Tu ne comprends pas ce dialecte. Y faudrait songer à t’integrer mon vieux… Je plaisante. Te vexe pas… Je vais traduire. Zut… Il a déjà commencé. On a raté le début.

« … vous rappelle les règles de la frégate. Vous devez réaliser un tour complet de l’île de Port Royal. Vous partirez tous dans vos cales avec trois caisses de vivres et trois coffres d’or. A vous de les gérer au mieux pour éviter les pénuries. Vous aurez l’occasion de faire escale pour vous ravitailler à différents endroits de l’île. De la poudre à canon et des vivres y sont à votre disposition. Nous avons également caché 9 trésors tout autour de l’île. Leurs yeux impavides vous observent des hauteurs… Prenez garde aux morts qui rôdent en leur profondeur… L’abordage est accepté. Le pillage encouragé. Les exécutions tolérées. Rapidité, ruse, stratégie, soif de carnage seront des atouts indispensables. Souvenez-vous : vous êtes les plus grands corsaires, pillards, mercenaires ou flibustiers de notre engeance. Tâchez de vous en souvenir et de méritez votre titre. Habitants de Port Royal et d’ailleurs, je déclare la soixante quatrième édition de la frégate de Jamaïca officiellement lancée. Larguez les amarres !!!« 

BRAOUMMMMM !!!!!!!

Ça c’est le canon qui déclenche le début de la course. Cramponne-toi copain ! Ça va secouer !

*

Tour 1 : un démarrage poussif

Pourquoi est-ce qu’ils n’avancent pas ? Ah non, je ne savais pas… Ils ont le droit d’envoyer leur équipage se ravitailler en ville avant même de lever l’ancre ? C’est insensé non ? Pas tant que ça tu dis ? Tu as peut-être raison. Des fois, j’oublie que c’est surtout une course stratégique. Il n’y a qu’Annie et Olive qui ont mis les voiles.

Au fait, je ne t’ai pas présenté Mokko. Mokko, dis bonjour ! Et cesse de faire l’idiot avec ce chapeau ridicule ! C’est notre perroquet apprivoisé. Le meilleur speaker que tu trouveras jamais. Il nous rapporte tout ce qu’on rate. Comme une radio ? Oui… si tu veux… Tu peux me laisser finir s’il te plaît ? La caravelle de papa a été assignée au gros Sammy. On dirait qu’il n’a pas envie de démarrer. Mokko va devoir nous sauver la mise.

*

Tour 2 : premier combat

Sammy ! Sammy ! Sammy ! Ohhhhhh noooonnn…

Arrête de te moquer Papa. Je te rappelle que tu m’as laissé parier une pièce d’or sur le Boucher. J’aurai bien aimé qu’il ne se fasse pas ratatiner dès le premier abordage par Mary Stuart.

Attends Mokko… Quoi ? Balthazar a déjà récupéré un trésor. Et en plus, il est en tête ! J’espère pour lui que ce n’est pas un trésor maudit. Ce serait la guigne.

En parlant de maudit, tu sais où est Edward ? Encore à quai ? À port Royal ? Mais qu’est-ce qu’il fiche ? Ce n’est pas le bourg qu’il faut dévaliser, ce sont les cales de ses adversaires !

*

Tour 3 : le pavillon bleu prend son envol

Ohé ! Ohé ! Le Boucheeeeer… Le Boucheeeeer… Va vous mettre une raclééééée !!!

Pardon Papa… Je sais… Mon langage… Je me calme…

Tu as vu ça ? Sammy les a tous laissés sur le carreau ! Il paraît que ça chauffe plus bas. Annie et Mary sont à quelques encablures l’une de l’autre dans un bras de mer étroit. Il y a des insultes qui fusent. Papa ne voudrait pas que j’entende ça à mon avis. En plus, il paraît que Balthazar suit Mary et qu’il l’a coiffée au poteau en lui subtilisant le trésor d’un îlot-crâne. Ça lui fait deux trésors… Tu crois que Sammy est au courant ? Il ferait mieux de s’arrêter pour lui tendre une embuscade. C’est ce que je ferais moi.

Quoi encore ? Est ce qu’Edward a écouté les règles de la frégate ? Qu’est ce que j’en sais moi ? Je ne suis pas son mousse ! Si tu veux mon avis, il est en train d’amasser de la poudre et il nous prépare un mauvais coup. Ne l’enterre pas trop vite.

Même si on l’enterre, il sait ressusciter les morts ? Ah ah… Elle est originale celle-là. On dirait que tu deviens aussi balourd qu’un corsaire de haute mer… Tu sais, quand je parlais d’intégration, je ne pensais pas à ça.

*

Tour 4 : Vue d’ensemble

Chut… Ne le répète à personne, mais je crois que Sammy a trouvé un trésor maudit. J’ai vu une étrange lueur verte tout à l’heure à travers un hublot. A mon avis, ça explique pourquoi il a accosté dans ce village de pêcheurs. Soit il m’a écouté et il veut tendre une embuscade à Balthazar, soit son équipage a besoin de reprendre des forces. Rien d’un tel qu’un peu de bar grillé pour se remettre d’aplomb. C’est ce qu’aurait dit Papa s’il n’était pas si concentré.

Oui Mokko. On t’écoute. Pas grand chose? Super… Tu n’es pas obligé de nous faire un rapport quand il ne se passe rien tu sais. Mouais… Edward s’est enfin décidé à avancer ? Mais il est toujours dernier, non ?

*

Tour 5 : La mi-course

C’est long d’attendre. Qu’est-ce qu’il fait en rade Sammy ? Non Papa, je ne me plains pas. Je suis trop enthousiaste voilà tout…

En tout cas, l’étau se resserre. Mary Stuart a déniché le Lady Beth, le canon à longue portée de la marine royale. Ils le prêtent pour l’occasion. Ça va faire des dégâts ! Quoi Mokko… ? Il y a déjà eu des dégâts ? Où ça dis-tu ? Olive et Balthazar ? Et qui l’a emporté ? Olive ? Surprenant… Je n’aurais pas parié sur lui. Son estafette est la plus frêle des embarcations. Comment ça ? Dix tonneaux de poudre. En un seul assaut ? Je comprends mieux. Et il aurait pillé un trésor. Hé bien… On peut dire qu’il n’aura pas lésiné sur les moyens. Vivement les représailles !

*

Tour 6 : Trois groupes se forment

Raconte Mokko, il paraît que ça valait son pesant de cacahuètes.

Tu y crois toi ? Annie la Pourfendeuse, annihilée par Olive la Torpille avec seulement deux barils de poudre ! Boum boum… Il lui a fermé son clapet à cette sorcière. On dirait que sa victoire contre Balthazar lui a donné des ailes.

J’aurais peut-être dû parier sur lui. C’est bien ma veine… D’accord, Sammy est toujours en tête, mais j’ai l’impression qu’il a levé les voiles uniquement pour éviter de se frotter à Mary Stuart et sa Lady Beth.

Un couard… J’ai misé sur un couard…

*

Tour 7 : Violet et bleu au coude à coude

Écoute ça, c’est historique ce qu’il se passe. De mémoire d’un enfant de douze ans, c’est la première fois que ça arrive.

Hé… Pourquoi tu ris bêtement ?

Olive la Torpille a abordé une nouvelle fois Annie la Pourfendeuse. Il lui a volé plusieurs coffres d’or. Elle a voulu répliquer et l’a abordé à son tour. Encore une défaite. Mokko me dit que c’est une vraie boucherie là-bas. Ses cales sont vides, elle a perdu la moitié de son équipage et l’autre moitié est à deux doigts de la mutinerie. Elle qui aime se badigeonner avec du sang, elle est servie.

Au moins, Sammy ne se laisse pas décrocher par Mary Stuart. Bigre… Je ne sais pas… J’ai une mauvaise sensation. Est-ce que j’ai misé sur le mauvais hippocampe ?

Quoi Mokko ? Edward a chargé 10 coffres d’or ? Il en 19 a bord… Il est complètement fou ! Cette malédiction lui a fait perdre la raison. Il est au courant qu’il ne pourra pas les conserver à l’issue de la course ? C’est un drôle de bougre. Aussi sordide que dérangé.

Euh… Oui ? Papa ? Tu es… d’accord avec moi ? Eh ben.. Je suis content tu sais.

*

Tour 8 : Le pavillon bleu aux portes de Port Royal

Vers l’infini et au delà ! C’est marrant ton cri de guerre. D’où ça vient ?

Le Boucher découpe la concurrence en rondelle ! Il ne faut pas le prendre pour un jamb… Quoi ? Elle était de trop celle-ci ?

*

Tour 9 : La victoire est proche

Aïe aïe aïe ! Il a mal géré ses vivres ce corsaire de pacotille. Il n’a pas assez de nourriture pour passer la haute mer. On y était presque… Et voilà Mary Stuart qui arrive. Le Lady Beth est sur nous… !

Mokko ! Au rapport ! Elle a déjà attaqué Olive la Torpille. Volé un trésor. Par toutes les barbes des océans, ça sent le roussi…

Et voilà… Qu’est ce que je disais… Comment veux-tu résister à Lady Beth de toute façon… C’était perdu d’avance.

Comme… comme Orel… qui ? Orelsan ? Alors là… Autant des fois, je ne te trouve pas drôle. Autant là, je ne comprends carrément pas ta blague. Est-ce que ça va ? Le mal de mer peut faire délirer tu sais…

*

Tour 10 : Photo Finish

Si ça m’a plu ? Bien sûr papa ! C’est le plus beau jour de vie ! Non mais tu as vu ce finish : Sammy qui fonce comme une anguille à travers la haute mer et qui débarque premier à Port Royal, Annie qui s’empare du sabre de Saran pour l’honneur – après tous ses déboires, c’est mérité, Olive qui lance un dernier baroud contre Mary Stuart et qui s’empale sur Lady Beth – trop fort, Edward qui coiffe tout le monde au poteau et qui finit à quelques mètres de Port Royal – il y a un rituel maléfique derrière tout ça c’est sûr…, et Mary qui finit coincée à l’entrée de la haute mer mais qui l’emporte grâce à tous ses larcins ! Lady Beth et elle sont les championnes incontestées, mais je suis fier de Sammy Le Boucher. Ma pièce d’or perdue est méritée. En fait, il n’y a que Balthazar qui m’ait déçu. Son parcours n’a pas été très palpitant finalement.

Pffffiou… Ça pour une journée formidable, c’était une journée FOR-MI-DA-BLE !

Dis papa, il pourra revenir ton copain bizarre l’année prochaine ?

Publié par The Lonesome Meeple

Féru de jeux de société et d'écriture, j'ai décidé de mixer ces deux passions en vous partageant des nouvelles ou de courts récits mettant en scène des parties de jeux de société.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :